IUBio Biosequences .. Software .. Molbio soft .. Network News .. FTP

Qu'est-ce que la Schizophrenie?

Claude de Contrecoeur Cyrano at beehive.twics.com
Fri Jul 5 09:24:42 EST 1996


La Dysderepixélisation

Qu'est-ce que la Schizophrénie?      Par:Claude de Contrecoeur
---------------------------------------------

Introduction:
-----------------
Pour comprendre en quoi consiste le phénomène de la schizophrénie il est nécessaire de 
bien connaître,au préalable,deux états de conscience:
I.Le Rêve
2.L'état d'illusion induit par le chanvre
Sans ces connaissances introspectives il est difficile de saisir,clairement,les 
phénomènes dont on va parler.

La Discontinuité de la Conscience
-------------------------------------------------
La mémoire humaine,mémoire biologique,ne ressemble pas du tout aux mémoires continues 
que nous avons inventées dans différents domaines,de l'enregistreur à l'ordinateur.
Notre mémoire est une mémoire(que l'être humain n'a pas encore reproduit 
artificiellement)à INTERSECTIONS.Dans une mémoire à intersections l'information 
stockée est hyper compressée et elle utilise,sans cesse,des morceaux élémentaires de 
mémoire mais en hypermotifs temporels différents.
Dans une mémoire à intersections l'information circule et repasse dans les mêmes 
endroits mais en suivant un chemin temporel chaque fois différent:c'est l'hypermotif 
temporel.
Ce caractère fragmenté de la mémoire humaine caractérise la discontinuité de notre 
pensée qui est le résultat visible de la structure de notre mémoire,organisée en 
domaines d'homologies motifielles.
La mémoire à intersection qu'est notre mémoire classe l'information par homologies de 
motifs:les motifs similaires étant colocalisés dans une même zone mémorielle appelée 
DOMAINE D'HOMOLOGIE MOTIFIELLE.
Selon le chemin que suit l'information dans ces domaines d'homologies motifielles on 
obtient l'éventail des hypermotifs temporels qui constituent des tranches de notre 
perception quel que soit le réel considéré(endoréel ou exoréel).
Qu'est-ce donc qu'une "intersection"?
C'est un point "élémentaire" de mémoire,organisé en motifs simples,complexes ou 
hypercomplexes(c'est à dire multimodaux et donc multidimensionnels par nature).
Sur la figure I. on peut,clairement,voir un exemple d'intersection:l'intersection 
c'est l'homologie motifielle existant entre le champignon renversé et le cendrier 
contenant une bougie.
Cette homologie lie les deux images et permet,donc,de passer de l'une vers l'autre par 
un chemin cohérent.
Ainsi si je pense à un champignon renversé,comme on le voit sur la figure,et 
qu'immédiatement après ma pensée fasse un saut discontinu vers le cendrier contenant 
une bougie c'est parce qu'il y a une intersection entre ces deux plans 
d'image,intersection qui est le lieu de coincidence des motifs homologues contenus 
dans ces deux OBJETS INFORMATIONNELS.
L'intersection est un procédé qui permet de "compresser",de façon extraordinaire,une 
information REDONDANTE.
Dans une mémoire continue,par exemple la bande d'un enregistreur,les m^mes motifs 
sonores se répètent,incessamment,dans le temps(par exemple un fragment de son comme le 
son de la lettre "A").
Dans une mémoire à intersections on ne mémorise plus qu'une seule fois un motif(mais 
de façon réitérée),un fragment d'information,donc,d'où une économie prodigieuse de 
place!
De plus,dans ce type de mémoire,les motifs homologues sont colocalisés,imbriqués,avec 
différentiation progressive vers des motifs dissimilaires.
Ce type de mémoire contient une "infinité" de points élémentaires qui,par leurs 
combinaisons différentes,reconstitue une information mémorisée.
Mémoriser constitue donc à stocker des chemins différents liant des ensembles de 
fragments élémentaires de mémoire.
L'organisation de la mémoire en domaines d'homologies motifielles est à la base de la 
schizophrnénie et,également,du rêve qui sont,du point de vue structurel et 
informationnel,des états absoluments identiques du moins dans la schizophrnénie 
délirante.
Si la mémoire humaine n'était qu'une simple mémoire continue eh bien la schizophrénie 
ou le rêve ne sauraient,en aucun cas,exister et l'être humain non plus(!)car il ne 
pourrait pas penser suffisamment rapidement pour agir dans l'exoréalité.
La mémoire à intersection permet l'identification quasi instantanée de motifs exoréels 
par rapport aux motifs endoréels correspondants.
Ainsi un babouin ayant vu une seule fois un lion,dans un passé éloigné,sera capable 
d'identifier,par homologie motifielle,un autre lion dans le futur et de tenir la 
conduite nécessaire en ce cas:la fuite immédiate!
La discontinuité de la pensée peut s'observer,assez aisément,dans la conscience 
éveillée de trois façons au moins:
A.Par l'auto-observation attentive de nos trains de pensée visuelle.
B.Par l'observation des pensées visuelles grâce à un hallucinogène indolique.
C.Par l'auto-observation à travers une molécule "illusiogène" comme le 
delta-9-THC,molécule psychotrope active du chanvre que Rabelais nommait,en son 
temps,le "pantagruelion"!
Il existe une molécule hallucinogène diterpénique peu étudiée,la salvinorine(extraite 
de la sauge divinatoire ou salvia divinorum),qui semble générer,également,ces 
phénomènes d'illusions bien remarquables sous cannabinoïdes psychotropes.
Ainsi,si l'on se place dans l'obscurité et que l'on focalise son attention visuelle 
sur le noir que l'on observe d'abord on verra,avec de l'expérience,des images 
transparentes et faiblement colorées apparaître et se modifier,par homologies de 
motifs,comme dans la figure I.,par exemple.
Par ailleurs,en ingérant un cannabinoïde psychotrope et en se mettant là-encore dans 
l'obscurité on pourra,clairement,observer sur soi-même la discontinuité des pensées 
visuelles ou autres,par exemple.
Avec les cannabinoïdes la pensée se déploie durant un petit intervalle de temps,dans 
une certaine direction de la mémoire,puis saute,brusquement,dans une autre direction 
VIA une HOMOLOGIE MOTIFIELLE.
Les pensées obéissent donc à des lois rigoureuses et ne se déploient pas de façon 
aléatoire,n'importe comment,dans l'espace-temps imaginaire de la mémoire.
La liberté de penser n'importe quoi n'existe donc pas! Nous croyons être libres 
car,normalements,nous ne sommes pas conscients de la mécanique sous-jacente à nos 
pensées car cette mécanique étant complexe donne l'illusion de la liberté.
Généralement une homologie motifielle constitue un "point d'oubli" car elle est 
oubliée par la suite.Cet oubli est la conséquence de la structuration même de la 
mémoire en domaines d'homologies motifielles.Chacun de ces domaines contient une 
énorme source de motifs homologues potentiels qui s'actualisent lorsque le métabolisme 
s'élève dans la zone mémorielle où ils sont stockés.Plus le métabolisme est élevé dans 
un domaine MHV(à savoir un domaine d'homologie motifielle)et plus ce domaine MHV 
"rayonne" da
ns toutes les directions de la mémoire.L'oubli et le souvenir sont DIRECTEMENT liés à 
cette "rayonnance motifielle".Et il existe même une barrière théorique infranchissable 
quant à la quantité de souvenirs que l'on peut se rappeler durant un instant 
donné.Cette barrière rappelle,un peu,le principe d'incertitude d'Heisenberg.Nous 
verrons cela plus tard.
On peut,cependant,apprendre à franchir les homologies motifielles observées sous 
cannabinoïdes,sans les oublier,en modulant l'effet métabolique de ces cannabinoïdes 
par des benzodiazépines qui "ralentissent",si je puis dire,les phénomènes observés 
dans cet état de conscience.

Quand deux molécules "amnésiantes",isolément, génèrent,ensemble, le souvenir!
--------------------------------------------------------------------------------------
--------------------------------
Les benzodiazépines et les cannabinoïdes sont deux sortes de molécules amnésiantes 
différentes et fonctionnant par un processus exactement opposé.Les benzodiazépines 
diminuent l'intensité du métabolisme dans les MHV,cependant que les cannabinoïdes 
intensifient l'intensité du métabolisme règnant dans les MHV.
C'est pourquoi la combinaison d'une benzodiazépine et d'un cannabinoïde 
annulent,réciproquement,les effets amnésiants de chacune de ces molécules prises 
isolément.
Deux molécules induisant l'oubli,donc,combinées ensemble induisent le....souvenir!
Eh bien je dois dire que je suis très fier de cette découverte qui m'a pris des années 
d'observations et de réflexions sur des phénomènes ténus et difficiles à observer.
(NOTE:Suite sur demande!Merci!)
 



More information about the Neur-sci mailing list

Send comments to us at biosci-help [At] net.bio.net