Des Hallucinations au quotidien(partie 2)

patanie at my-dejanews.com patanie at my-dejanews.com
Wed Dec 9 12:48:42 EST 1998


En effet,depuis les années 60,quand les Etasuniens essayèrent de s’ouvrir un
peu au monde,ils furent,tout à coup,confrontés,comme les
Espagnols,autrefois,à l’hallucination corticale à travers leur jeunesse.Comme
les Espagnols,la réaction de défense contre l’angoisse,vécue par les «
adultes » voyant leurs enfants nier les valeurs fondatrices marchandes de
leur unité sociale,fut une campagne affective violente contre l’hallucination
corticale qui soulevait la révolte des jeunes contre les anciens.On vit,par
exemple,même des adultes exposés à l’hallucination corticale
changer,totalement,d’attitude face à la vie de leurs contemporains comme
l’exemple de ce commerçant,de 40 ans,qui s’aperçut,soudain,qu’il avait
vécu,toute sa vie,pour rien,à la poursuite de l’argent,mythe essentiel de la
psychée étasunienne! Se détourner des mythes fondateurs de la réalité
protestante étasunienne fut considéré,bien sûr,comme l’ultime horreur car
aucun peuple ne peut accepter,sans résistance forcenée,de voir son endoréel
collectif remis en question radicalement,le radical impliquant la disparition
des mythes fondateurs pour une refabrication de nouveaux mythes de fondation.
Tout changement trop brutal dans la vision d’un réel socio-ethnique
engendre,toujours,une très violente réaction de rejet anxiolytique qui se
manifeste,en Occident,par de l’Inquisition. Le Protestant étasunien,à travers
l’hallucination corticale(qui génère,ensuite,bien sur,de nouvelles formes
d’hallucinations cortico-limbiques),redécouvrit des vérités profondes
autrefois partagées par ces peuples mêmes qui furent exterminés par eux et
par les Espagnols:les Amérindiens. C’est alors que l’Etasunien prit
conscience du génocide qu’il avait accompli contre certains peuples
amérindiens.Cependant,ne nous apitoyons pas trop sur ces Amérindiens qui
pouvaient,eux aussi,être d’une férocité inouie! Bref.Le niveau de conscience
de certains varia et se complexifia,un tout petit peu mais déjà trop pour
l’esprit moyen nord-américain! En effet,la cogitation intense induite par les
cogitatiogènes est,politiquement et culturellement, »subversive » car elle
entraîne une modification nécessaire du réel hallucinatoire cortico-limbique
collectif. Celui qui a examiné le cogitatiogène ne verra,jamais plus,le passé
comme il croyait qu’il devait être.De plus,il notera,du moins chez les
Occidentaux ou les Extrêmes Occidentaux,de visu,son aliénation consécutive à
sa dissociation psychique apprise. La vue de cette réalité
est,éminement,salutaire car,dès lors,on sait que tout être humain,pour être «
viable »,doit se réassocier avec lui-même en se ré-intégrant dans l’ordre
naturel des choses,comme l’étaient nos ancêtres durant des centaines de
milliers d’années. Le cogitatiogène intégrait l’Amazonien au monde tandis
qu’il désintégra,inversément,certaines visions aliénées,dissociées,des
Protestants extrêmes nord-américains. Mais cette « désintégration » était,en
faite,nécessaire car reconstructive de la personalité précédemment dissociée
en une personalité ré-associée. Le cogitatiogène est,dans ce cadre,une
initiation au Réel. Bien. La remise en question des mythes fondateurs des
Etats-Unis eut pour conséquence la pronciation d’une fatoua inquisitionnelle
contre les plantes sacrementelles extra-européennes,coupables de mettre en
question les bases profondes des comportements mercantiles exacerbés
nord-américains. Les hallucinations corticales nous
démontrent,clairement,que,jusqu’à l’avènement de la Science,les hommes ont
vécu dans des mensonges commodes et flatteurs. La « suprême » créature de «
Dieu »,confrontée à l’hallucination corticale,s’angoisse,panique
et,finalement,soit accepte la révélation du cogitatiogène soit agit comme
l’autruche et enfonce sa tête,petite,dans un trou,également,petit. Les
hallucinations corticales,en un premier temps restructurateur,démolissent nos
croyances stéréotypées les plus profondes de notre histoire mythique au sujet
de l’importance supposée de l’homme dans « l’univers » imaginé. Ainsi,lorsque
l’on réalise que n’importe quel pauvre hère peut,grâce à un simple
cogitatiogène qui active le métabolisme de son cortex pré-frontal et un
peu,aussi,celui de sa mémoire,voir Dieu et les Anges ou les diables,on
commence à hésiter à propos de l’authenticité exoréelle des doctrines de nos
grands sages du passé qui prétendent avoir obtenu des « révélations » issues
de l’exoréel. Il nous est relativement facile d’accepter les dires d’un Moïse
ou d’un Jésus Christ,mythifiés par l’éloignement spatio-temporel et parce que
nous ne les voyons pas en face de nos yeux;de la même façon,il nous est
difficile de croire dans des révélations analogues prononcées par le premier
clochard du coin,admiratif en face de ses hallucinations corticales! Cette
dissociation du raisonnement et de la cohérence rationnelle entraîne mes
contemporains à vénérer les Anciens hallucinés et à rejeter,dans les
déchets,les Nouveaux hallucinés qui,dès lors,finissent à l’hospice
psychiatrique au lieu de finir en bâtisseurs de cathédrales ou de
synagogues!!! L’hallucination corticale nous met devant un miroir et nous
force à contempler notre situation d’animal rêvant. Le message nouveau et
d’abord anxiogène,issu de la découverte du caractère fictif de nos déités
c’est la vision claire et nette de l’issue de notre mort:Juifs ou Chrétiens
le retour au néant nous attend! C’est bien ce qu’avait
compris,intuitivement,Jacques Monod dans Le Hasard et la Nécessité,sans
l’expliciter car il ne connaissait rien au système nerveux et c’est ce même
message que comprennent beaucoup de savants ou de commerçants »cynicisés ».
Mais ce message est,en fait,anxiogène pour le Dissocié qui n’a pas fait
l’expérience authentique de l’hallucination corticale du rêve,par exemple,ou
des molécules pré-onéirogènes,telle que la psilocine plus fondamentalement
cogitatiogénique. En un deuxième temps,lorsque le Dissocié se ré-associe à
ses Moi divisés,schizophrénisés,alors,l’angoisse de la mort disparaît pour
faire place à une intense sérénité et confiance dans la Vie,quelle qu’en soit
l’issue individuelle. Plus de 70% des « cogitatiogénisés »,selon une
étude,n’ont plus l’angoisse de la mort,comme votre serviteur,ici présent,par
exemple. Pourquoi? Parce que la guérison de la dissociation rétablit les
liens religieux entre l’homme et l’exoréel,ces liens qui sont un des
fondements primordiaux de l’Homme. La cogitation du cogitatiogène fait
percevoir,partout,l’unicité réconfortante de l’homme avec « l’exogène
»,l’extérieur. L’homme n’est plus un adversaire du Réel mais un participant
au Réel,un maillon essentiel du Réel dont le but est d’augmenter la
Complexité de ce Réel. Le chaos du monde partiellement « scientifisé »
redevient ordre,mesure,projet et les paradoxaux se réunifient en des tout
cohérents. L’Imaginaire et le rationnel ne sont plus,faussement,opposés
mais,intimement,reliés. Le système rationnel du langage verbal se ré-associe
au système des émotions,le cortex se ré-associe,en une unité fonctionnelle
indivisible,au systéme hypothalamo-limbique. La dissociation n’existe
plus:l’homme se retrouve désaliéné,sur un chemin nouveau partiellement perçu
par les bonzes méditants tibétains et,apparemment,fort bien perçu,il y a plus
de 2500 ans,par Boudha lui-même. Le judéo-christianisme se
syncrétise,automatiquement,en un judéo-christiano-boudhisme,créateur et
intégrateur. L’Extrême-Orient et l’Occident se retrouvent,après une longue
séparation. En vérité,le monde exoréel forme un tout unifié et seul la
petitesse de l’esprit humain,faiblement conscient,le partitionne et qui dit
partition dit,aussi,cassure du sens. L’hallucination corticale,présentée aux
judéo-chrétiens dissociés fait,à première vue,peur:c’est la peur animale de
l’inconnu.En plus,elle démontre le caractère presque entierement rêvé de
notre histoire.Avec Moïse et Jésus Christ nous avions vécu sur un doux
matelas isolé de l’exoréel et nous étions sûrs du sens affabulé de nos
existences. L’hallucination corticale
fait,simultanément,paradoxalement,éclater ce matelas en miettes pour nous
faire découvrir l’éternelle non-extraordinaireté et monotonie de l’exoréel
qui,décidément,nous est étranger,au sens de Camus,pour nous faire,ensuite,un
nouveau matelas réactualisé,réconfortant,enthousiasmant même! Notre histoire
a été rêvée et nous nous réveillons,subitement,les paupières lourdes et nous
ne voyons autour de nous que des pierres et des caillous,de la
carcéralité,mais nul merveilleux,nul extraordinaire qui briserait les lois de
fer de l’exoréel. ça,c’est dans un premier temps,lors de la sortie de
l’aliénation dissociatrice...! En un second temps,le temps de la
ré-association du Moi divisé,partitionné,qui suit la prostration,la réaction
est la suivante:eh oui,nous ne sommes que des puces aux fesses de la Nature -
comme disait mon très cher Cyrano Savinien de Bergerac ,le vrai,pas
l’autre,le « faux »,que joue,en ce moment,Belmondo - ,des êtres sans âme
immortelle,des automates naturels destinés au trépas et à l’absurdité d’un
univers « aléatoire » parfaitement grotesque! Après avoir fait le deuil du
passé si admirable(enfants de Dieu!)que nous avions,et fait le deuil de
l’immortalité à laquelle nous prétendions,adoptons une attitude positive et
constructive(en fait,elle vient toute seule,sans faire
d’efforts,naturellement!)face à l’hallucination corticale. Apprenons à la
maîtriser aussi bien,voir mieux que les bonzes,à l’utiliser,non seulement
pour nous gratifier mais aussi pour avancer dans la recherche et la quête de
la Complexification de nos endoréels respectifs car,dans ce domaine,nous
plongeons au coeur même de la machine humaine et de nos mécanismes de pensée.
Soit! Nous croyions que nous pouvions voler? Nous ne le pouvons pas? Tant
pis! Eh bien nous inventerons les avions et même,pourquoi pas,les « soucoupes
»par dessus le marché!!! Nous croyions que notre vie avait un sens
transcendant? Elle n’en a pas mais qu’importe! Nous inventerons la
transendance! Nous croyions que nous étions immortels? Non,bien sûr! Mais
nous irons au-delà de ce « bien sûr » ridicule et nous inventerons
l’immortalité,si c’est possible! L’univers ne nous plaît pas? Qu’à cela ne
tienne!!! Nous modifierons l’univers et,peut-être même,un jour
deviendrons-nous des dieux et nous créerons des univers! La confiance dans la
Vie et l’espoir créateur à fond la turbine! C’est cela l’essence de
l’Homme:partir à la recherche de l’impossible et,mieux,créer l’impossible!!!
Pour avoir ce dynamisme créateur et confiant en l’avenir des fourmis que nous
sommes,il nous faut,sans perdre un instant,généraliser le Savoir et l’accès à
l’hallucination corticale. Moi je suis déjà engagé à fond dans ce chemin! 
Que l’on « me » suive et l’on verra,alors,l’humanité progresser à pas de
géants! Rêvons,car il faut rêver,mais rêvons constructivement,transformons
nos essais de ballon en buts! Ne perdons pas notre temps dans les
stéréotypies et le futile:allons droit à l’essentiel. De Juifs
cosmiques,errants,devenons des bâtisseurs d’exo et d’endoréels! Etudions les
hallucinations avec toutes les armes de la science(c’est mon travail depuis
1976!),disséquons là jusque dans ses pluts petits fondements(c’est
fait!),tout en nous gratifiant,constamment,à travers celle-ci(voir le « rêve
conscient »). Je proclame,haut et fort,ceci: Si les dieux et les anges sont
bien morts dans l’exoréel,ils ne sont pas dfu tout morts dans nos
endoréels,mordious! Ce n’est que là-bas que nous pouvons les rejoindre et
réconcilier la tragique constation de la nature non-extraordinaire de
l’exoréel avec notre profond besoin d’accorder un sens à tout ce que nous
faisons. En vérité,je vous le dis:le sens est partout,autour de vous,et vous
ne le voyez pas,dissociés que vous êtes! L’être humain ne peut que produire
du sens,encore et toujours! Les fils de Moïse,de Jésus,de Mahomet,de Boudha
sont les producteurs du sens. La connection est sens,le syncrétisme est
sens,l’action est sens,la complexification créatrice est sens. Le divin est
partout mais vous ne le voyez pas si votre esprit est
partitionné,déreligiosifié! L’insensé,lui,se trouve dans la déconnection,la
stéréotypie,la boulimie destructive,l’agressivité
intra-spécifique,l’homogène. Il nous faut,maintenant,recréer une Science
épicurienne,des comportements épicuriens,et continuer à vivre nos rêves
sans,pourtant,oublier qu’ils ne sont que des rêves mais,possible,un jour
seront des exoréalités. Pour cela la maîtrise de l’accès volontaire et
contrôlé à notre mémoire est une chose essentielle. C’est ce genre de
réalisation qu’ont compris,il y a longtemps,déjà,les moines tibétains
enfermés dans leur pays de neige mais plongés dans l’accès volontaire à leur
âme-mémoire. Dénués de presque tout,dans l’exoréel(où des marchands acharnés
et dissociés,ailleurs, »très ailleurs »,s’encastrent,comme des brutes,en des
joutes aussi titanesque qu’inutiles),ils sont,depuis presque mille ans,plus
riches que les plus riches des exohommes! Le bonheur n’est pas de « ce monde
»,disait le Christ,et il avait,partiellement,raison! Le bonheur est à la
lisière de l’exo et de l’endoréel,et encore au fond de l’endoréel,du moins si
on en connaît l’accès. La méthodologie scientifique nous a
montré,soigneusement,que jamais « rien » « d’extraordinaire » ne se passe
dans l’exoréel des exohommes: le soleil se lève(haïkou),le soleil se
couche(haïkou),les nuages défilent,dans l’instant(haïkou),la lune tourne dans
le firmament,l’ADN ne cesse de se répliquer,toujours variant et
invariant,l’anabolisme et le catabolisme de nous conduire,dans le métabolisme
méta-stable,au trépas,et la ronde des morts et des naissances de fermer le
cercle des vivants. Si Camille Flammarion eût su tout cela,il eût,dès
lors,accompagné son ami qui,dit-il,était parti vers l’Ailleurs,pour
Albiréo,une étoile de la Grande-Ourse... Mais Camille Flammarion,comme
nous,bientôt,dans un instant,ne vit plus que confiné dans ses écrits. Nous
sommes encore là,vous et moi, »flammèches » de temps avant,bougies
vivantes,d’êtres mouchés par l’exoréel. Vous pouvez,d’ailleurs,très
clairement,percevoir cette désarmante monotonie de l’exoréel dans un
désert,une forêt,sur le sommet d’une montagne,isolé,en plein mer océane du
Pacifique-Sud,bref,lorsque vous êtes exoréellement seul avec vous-mêmes à
réfléchir sans être perturbés par des activités humaines parasites. Ce sont
dans ces lieux de réflexion intense que tout philosophe doit philosopher afin
d’être immergé d’homme à exoréel. De plus,si le philosophe en question
augmente son taux de sérotonine général,par l’ingestion,par exemple,de 200
mgr de fluvoxamine ou 20 mgr de citalopram,il constatera,encore mieux,la
formidable monotonie et non-extraordinaireté de l’exoréel. Dans l’exoréel,les
pommes ne s’envolent pas,les arbres ne se transforment pas en betteraves ou
en têtes de Patanîe,les betteraves ne se changent pas en mancoûtes ou en
pommes de pins,les litchis ne deviennent pas des engins aériens... Dans
l’endoréel,les hommes se peuvent modeler en femmes,les femmes en hommes,et
tous deux peuvent se « transformer » en cerise,en passiflore,ou en durian
dans un plat de délicieux litchis rouge-rose! Dans l’endoréel de la sauge
divinatoire,par exemple,je peux me sentir être la rosée du litchi qui
s’écoule dans la bouche du glouton qui m’avale! Jusqu’ici,personne n’a tiré
les conséquences profondes de ces constatations exoréalistes
sauf,peut-être,quelqu’un comme Albert Camus,lui qui ne connaissait pas encore
la neurobiologie,la psychopharmacologie,ou d’autres,comme Henri Laborit. Nous
devons,d’ailleurs,à Henri Laborit,indirectement,l’intoxication massive des
exhommes et des exofemmes dissociés,en provenance de nos amalgames et
conglomérats « sociaux »(un euphémisme,ce mot)prétendûment « modernes » par
des quantités de pillules colorées contenant autant de psychotropes « légaux
» qui domestiquent ces êtres perdus à eux-mêmes et les empêchent de se
révolter,violemment,contre l’absurde de leur existence légumière. Un fait
majeur et très grave des sociétés mercantiles forcenées c’est,justement,cette
intoxication,commercialement nécessaire,de l’intoxication,généralisée,de la
population par les psychotropes. Cette intoxication permet aux exohommes de
ces sociétés de supporter l’insupportable et de supporter ce qu’aucun animal
ne supporterait sans devenir furieux de rage ou de douleur.Grâce à cette
intoxication autorisée,des millions d’êtres,drogués par des médecins
également dissociés,et des sociétés pharmaceutiques extérieures au
Réel,servent d’exutoir à quelques marchands futés mais encore plus
dissociés,à produire des centaines de millions de francs suisse à leur seul
bénéfice égoïste! Je crois que l’invention des psychotropes légaux est une
immense supercherie et un frein considérable au changement de nos sociétés
marchandes actuelles vers les sociétés post-marchandes futures. Comment des
êtres,aliénés tous les jours par une propagande et des stéréotypies
infernales,zombifiés par des « anti-dépresseurs »,anxiolysés de leurs
souffrances par des anxiolytiques ou domestiqués par d’autres jolies
molécules peuvent-il seulement agir et chercher à vivre dans la dignité et le
bonheur? Tout tourne grâce et pour le marchand,cet être humain
hyper-dissocié,sans passé ni avenir. Le marchand est l’alpha et l’oméga de la
dissociation généralisée de l’homme et de son monde. Dans la société
archaïque mercantile la pillule colorée ou la « collule pilorée »,comme
disait,joliment,un mien de mes amis,Ken Grandchamp,joue le rôle symbolique
que jouait l’hostie il n’y a pas si longtemps,tandis que le psychiatre,en
chemisier blanc,remplace l’ermite en toge de bure,le prêtre et,au lieu de
s’habiller en noir,se revêt de blanc! Quelle faune intéressante que cette
faune de psychiatres,eux-mêmes dissociés et ne le sachant pas! Ces
psychiatres répétant leur « abcédaire » freudien,ou autre,en faisant des
bénéfices monétaires immoraux sur la misère d’autrui. Quel délice
intellectuel de les entendre éructer des formules magiques,ces nouveaux
Jongleurs modernes,qui n’ont guère beaucoup de sens pour les informaticiens
qui,eux,au moins,en savent un bout sur l’information! Quel délice
onirique,encore,d’observer dans nos sociétés de Papous,nos grands
politiques,énarques et autres individus fumeux,se
rencontrer,solennellement,en uniformes,cravatés,et en dîners et conférences
de quelques jours,seulement,rituellement,pour soi-disant « résoudre »,ô les
fieffés coquins et malandrins,les grands problèmes du monde! Est-ce en
costumes et en cravates que les techniciens et savants d’Ariane IV résolvent
les problèmes de fonctionnement de notre fusée quasi nationale? Travaille
t’on,en des rituels de babouins,à Kourou,sur les histoires de tuyères des
Arianes? Est-ce en costumes et cravates et en deux jours de « travail » que
l’on peut résoudre les formidables problèmes monstrueux que les hommes ont
accumulé au cours des siècles? Les savants,qui sont d’authentiques
travailleurs(sinon on les met à la porte!),résolvent-ils les questions qu’ils
se posent en deux jours de rituels tribaux,autour d’une tasse de café? Le
travail sérieux consiste t’il en en déploiement de rituels,façon léchage de
pelage babouinesque et montes du cynocéphale dominant sur un autre babouin
dominé,afin de lui montrer l’ordre de préséance? Il aura fallu des dizaines
d’années pour savoir comment fonctionnait la phosphorylation oxydative ou le
transport de protons dans les mitochondies et cela en
travaillant,constamment,du matin au soir,à l’inverse de nos politiques payés
par les citoyens pour ne rien faire que d’user de privilèges! Non,ce n’est
pas sérieux. Les politiciens N’ONT PLUS la capacité de résoudre des problèmes
car ils continuent d’officialiser selon des hiérarchies et des rituels de
primates de savane,au lieu de mettre,sérieusement,la main à la pâte.Ils
doivent être remplacés par ceux qui détiennent de grands savoirs,en
collectivité,comme dans l’excellent style de présidence collégiale en vigeur
dans la Confédération Helvétique. Les savants sont devenus du bétail à traire
par les politiques et leurs comparses les marchands. Hélas,il y a au moins
40.000 ans que le cerveau de l’homme n’a pas changé d’un radis! Un
politique,soi-disant « moderne »,se comporte,en fait,exactement comme un chef
papou en Nouvelle Guinée!!! Or ce n’est pas de chefs papous dont nous avons
besoin(bien que je respecte fort les Papous)mais d’hommes détenteurs de
Connaissances et qui savent RESOUDRE des problèmes complexes de façon aussi
claire et efficace que l’on résout les problèmes techniques de notre fusée
Ariane. La Science aurait pu être découverte il y a 40.000 ans,déjà,si
seulement les hommes n’eussent pas été perdus en rituels hiérarchiques et en
montes de babouins,en se mettant à la méthodologie scientifique de résolution
cohérente de problèmes ou bien si,encore,quelque « missionnaire »
intersidéral était venu leur enseigner le Discours de la Méthode...
Hélas,pour nous,qui avons 40.000 ans,voir 120.000 ans de retard,nul Martien
n’est venu nous enseigner la « Bonne Nouvelle » de la méthode scientifique
que nous avons dû découvrir tout seuls. D’ailleurs,si le Christ avait
été,vraiment,ce qu’il proclamait être(de nos jours on l’enfermerait,à double
tour,à l’asile psychiatrique,en lui servant de belles pillules colorées)il
aurait enseigné aux hommes,immédiatement,les sciences du système nerveux
central et il leur aurait fait découvrir la neurobiologie de l’oxytocine et
de la sociabilité! Cette découverte étant accomplie,les hommes
eussent,ipso-facto,jugulé,par eux-mêmes,les mécanismes neuronaux
phylogénétiquement anciens qui génèrent,en nous,une agressivité
intra-spécifique qui ne sert plus à rien.Ils eussent,dès lors,exalté les
systèmes neuronaux responsables de cette sociabilité augmentée que l’on nomme
« l’Amour »,en réalisant,par une modification de la neurobiochimie
cérébrale,ce que le Christ a tenté de faire par le seul Verbe. Mais le Verbe
n’est pas suffisant pour modifier,irréversiblement,une neurobiochimie issue
de l’aléatoire d’une phylogénèse ancienne. L’agressivité intra-spécifique
humaine est,probablement,la résultante de quelques mm.cubes de neurones,ou
plus,héritées de notre phylogénèse dans un milieu exogène journellement
entropisant où chaque animal passe son temps à défendre sa structure contre
celle des autres. Si nous avions été les descendants de lémuriens
malgaches,relativement pacifiques,nous aurions,sans doute,été beaucoup moins
agressifs mais nous sommes les descendants de « singes » plus irritables!
Et,si Dieu avait été prévoyant,en son infinie sagesse,il lui aurait suffit
d’augmenter le fonctionnement de certaines structures sérotoninergiques du
système limbique afin de nous rendre apprivoisés,plus doux et paisibles...
D’ailleurs,lorsqu’on analyse,à travers la Science,la grande sagesse de Dieu
on se demande,alors,bien pourquoi un être si sage a t’il doté ses créatures
de l’inutile « liberté » de se détruire? Imaginez un savant,infiniment moins
intelligent que Dieu,et dont le but soit l’exploration martienne à l’aide de
sondes spatiales fabriquées par lui à cet effet. Pour ce faire,il
inventera,bien sûr,une qualité de sonde spatiale très perfectionnée et
capable de se poser,toute seule,sur Mars. Jamais ce savant ne mettra dans le
petit « cerveau » électronique de sa sonde un programme de liberté de choix
l’autorisant à prendre la décision -. sur un coup de tête de sonde! - de se
suicider et de s’écraser sur Mars,juste à la dernière minute. Les coups de
tête de sonde ne sont pas permis pour les sondes spatiales car ceci serait un
acte parfaitement absurde,réduisant à néant tout notre travail
si,justement,la sonde spatiale arrivant sur Mars se décide,librement,de se
casser la figure!!! Un savant qui donnerait la liberté de choix à sa sonde
spatiale,la liberté de s’écraser,au dernier moment,serait tout à fait
incohérent ou dément. De même,c’est ainsi que Dieu serait s’il
avait,vraiment,inventé la « liberté » de faire n’importe quoi chez
l’homme.Or,comme Dieu ne peut,manifestement,qu’être raisonnable celaveut dire
soit qu’il n’existe pas soit qu’il est complètement fou à lier et aurait
besoin d’aller voir certains de nos habiles psychiatres afin de faire un
stage de pillules colorées dans une charitable institution. Les hommes n’ont
plus besoin d’agressivité intra-spécifique pour vivre et pour agir(la
sociabilité augmentée qu’est l’amour est,autrement,plus efficace pour
stimuler l’Action car elle engendre un intense plaisir);cette agressivité
archaïque est,exactement,comme l’appendicite:un reste inutile mais,ô
combien,extraordinairement dangereux par les hallucinations meurtrières qu’il
a engendré et continue d’engendrer.Et ce sont ces hallucinations meurtrières
monstrueuses que les sociétés marchandes encouragent,ce qui
transforme,inéluctablement,l’appendicite en péritonite aigüe. Les hommes des
sociétés mercantiles,imitant le modèle rétrograde anglo-saxon,en vigeur
expansioniste depuis 1763,sont malades d’agressivité intra-spécifique car
l’homme est,contrairement à ce que nous disait Jean-Jacques Rousseau,un
animal éminement sociable.Sans cette sociabilité,il sombre dans la
dépression,l’angoisse et,parfois,vers les hauts-sentiers métaboliques de la
démence. Et voilà le « modèle » que les Anglo-Saxons,affectivement castrés et
hyper-dissociés,ont presque réussi à imposer à la planète entière! Si l’on
suit ce modèle,l’appendicite finira,tôt ou tard,à se transformer en
péritonite. La plus grande partie des pathologies mentales sont,en vérité,le
résultat de l’exacerbation de l’agressivité intra-spécifique.Le futur de
l’homme c’est une sociabilité augmentée et la disparition totale de
l’agressivité intra-spécifique qui ramène tout,prématurément,à l’entropie.
Voilà ce qu’aurait enseigné un Christ divin! Mais le Christ
était,probablement,un homme angoissé par l’austérité de l’exoréel et il
inventa,donc,toute une mythologie anxiolytique qui ne pouvait que convenir
lorsque l’on a vécu dans un désert(comme l’auteur de ces lignes,en Arabie
Heureuse). Les Prophètes sont les fils du Désert car le désert est un lieu
intense d’Imaginaire destiné à peupler le minéral et les quelques brousailles
ou acacias épineux qui s’égaillent,deçi delà. Notons,d’ailleurs,que tous les
Prophètes du désert ont conçu une philosophie mythique semblable et très
distinctive de cet homme des Forêtes qu’était le sieur Boudha. L’endomonde de
Boudha et des Boudhistes ressemblent beaucoup plus au monde des Amazoniens
qu’au monde des judéo-chrétiens errants à l’extérieur des
frondes,protectrices,des grands arbres et du Vert de la forête,des cris des
oideaux multicolores,des singes et de tout le reste de la faune slyvestre
tropicale. La tropicalité est inscrite dans les méditations boudhistes qui
n’interdisent pas,comme les méditations désertiques,mais qui conseillent.
L’exoréel est simple et peut être décrit par de simples mathématiques! Voilà
une des grandes vérités de cette fin de siècle.Avec un simple ½ mv2 vous «
expliquez »,déjà,beaucoup de choses et ainsi de suite! Loin d’être un
progrès,la simplicité de la micro-structure de l’exoréel est
intellectuellement et affectivement affligeante. L’histoire supposée de
l’univers(mais le Cosmos peut-il avoir une « histoire »?)est d’une simplicité
structurelle misérable,non-extraordinaire.L’univers découvert par la science
se peut décrire,relativement,clairement mais il est d’une profonde et antique
absurdité. Ceux qui ont écrit,bien vite,que l’exoréel était plus étonnant que
l’endoréel ont,bien souvent,été des astronomes ou des physiciens perdus dans
l’hypermathématisation de l’exogène.sans liens visuels,et totalement ignorant
des merveilles structurelles des endoréels humains.

A suivre(3)










-----------== Posted via Deja News, The Discussion Network ==----------
http://www.dejanews.com/       Search, Read, Discuss, or Start Your Own    



More information about the Neur-sci mailing list