The Variations of Sexual States of Consciousness(2):Last part ofmessage

patanie at my-dejanews.com patanie at my-dejanews.com
Fri Oct 23 06:05:59 EST 1998


Suite du texte précédent.
The Variations...continuation.


Conséquences sociologiques des molécules dérivées de la psilocine en
thérapeuthique

Pour l'instant,du moins,il n'existe pas encore des molécules dérivées de la
psilocine et susceptibles de permettre à tout un chacun
"d'orgasmer",tranquille,chez lui! La raison en est le terrorisme intellectuel
qui a régné outre- atlantique,dans les années 60,et qui a abouti à un embargo
intellectuel sur les recherches concernant les molécules stimulant les
récepteurs sérotoninergiques 5-HT2a.  Je parle de "terrorisme intellectuel"
mais,en fait,il vaudrait mieux parler de GESTAPO INTELLECTUELLE. La société
castratrice "yanquise"(au sens non péjoratif.Le mot "yanqui" est une
déformation indienne du mot français "Anglais" )et obsessivement puritaine
reçut un choc psychologique terrible à l'avènement de ces molécules qui
promettaient,littéralement,de disséquer de façon mécaniste les processus de
la pensée. Et,pour des Croyants fanatiques il était tout à fait hérétique de
vouloir ramener l'homme à de la biochimie,même complexe.Alors ceux-ci ont
fait comme tous les Inquisiteurs de toutes les époques! Ils ont diabolisé la
recherche sur ces molécules hérétiques,qui les perturbaient tant,à travers
une propagande médiatique intensive(la préparation du bûcher,en
sorte!)destinée à répandre des mensonges croyables par la majorité ignorante
et hors d'état de réfléchir sur des questions scientifiques de cet ordre. De
plus,la très grande majorité des chercheurs impliqués dans ce domaine d'étude
passionnant a retourné sa veste,personne ne voulant faire de la résistance
contre l'Absolutisme de l'ignorance. Les Anglo-Saxons qui sont si prompts à
dégainer leur hargne contre l'ancien absolutisme de feu Louis XIV se sont
bien gardés,dans le cas présent,de défendre les libertés!!!
C'est,hélas,banal.Les humains sont ainsi faits qu'ils admirent l'héroïsme
dans les livres.

Par cette  façon,cette majorité s'est soumise et s'est prostituée car le
terrorisme intellectuel est une persécution "ayatollesque",si je puis dire.
Et c'est seulement maintenant,après 30 ans de perdu pour la Connaissance,que
l'on s'est remis à étudier ces molécules. Il est malheureux que les agonistes
sérotoninergiques 5-HT2a tombèrent dans les mains maladives des Etasuniens au
lieu de tomber dans l'Europe,plus sereine. Ces molécules menacaient,en
effet,les fondements religieux sur lesquels étaient basés et sont toujours
basées les croyances outre-atlantiques. C'est pourquoi aucune recherche sur
les effets orgasmogènes de la psilocine n'existe et on doit vertement le
déplorer car,autrement,nous disposerions,depuis longtemps,de molécules
spécifiques dans l'activation des zones du système nerveux responsables de
l'orgasme que je me plais,dans mes écrits poétiques,à appeler la "haute
colline". Ces molécules,si elles avaient été développées,eussent
pu,efficacement,combattre et endiguer la dissémination du sida car,lorsque
l'on peut connaître l'hyperorgasme avec un comprimé,on n'éprouve plus guère
le désir de mettre sa vie en danger pour quelques secondes de plaisir passées
avec un partenaire douteux. Ces molécules,lorsqu'elles existeront,permettront
la prévention des maladies vénériennes dans les pays à contamination
vénérienne élevée. Elles permettront,par exemple,aux hommes d'oublier le
tourisme sexuel et seront,fort probablement,un instrument efficace pour
l'effacement de la prostitution,du bordelariat et du proxénétisme. Les
molécules psilocino- mimétiques devraient permettre de presque éradiquer la
prostitution. Je les vois,un peu,comme les anti-malarils pour se prémunir de
la malaria. D'ailleurs,elles redonneront joies et extases aux impotents ou
aux femmes frigides ou frigidifiées.' C'est toute une révolution sociologique
qui s'annonce,l'orgasme devenant aussi banal que les croissants,pain et
beurre.' L'extase sexuelle à la portée de tous,il est permis de croire que
l'homme passera moins de temps à la guerre et plus de temps occupé par les
plaisirs immémoriaux que peuvent lui procurer ses génitoires. On peut même
prévoir une association psilocino-mimétiques et gamma-oh- mimétiques qui
mettraient,très certainement,fin à l'agressivité intra-spécifique
catastrophique des hommes mâles.

Conscience Gamma-OHesque et Conscience baclofénique

Le baclofène c'est la molécule du rut chez le mâle,si je puis dire !!! Le
baclofène est,comme le Gamma-OH,un activateur de la tryptophane hydroxylase
et un agoniste des récepteurs GABAb.Les récepteurs GABAb
diminuent,notamment,la transmission gabaergique alors qu'un médicament aussi
célèbre que le Témesta,intensifie,lui la transmission gabaergique.Un dérivé
du baclofène fut ou est encore utilisé en Russie comme
anti-dépresseur(Fénibut). Ce dérivé c'est du baclofène,en fait,mais avec
l'atome de chlore du chloro-phényl en moins. Cependant,la biochimie du
système nerveux est complexe car,par exemple,le muscimol(molécule extraite de
l'Ammanite tue-mouche)est un agoniste gabaergique mais aux propriétés
vaguement "hallucinogènes". 30 mgr de baclofène stimule l'humeur et la
réceptivité aux choses agréables.50 à 60 mgr stimulent le désir de copulation
mais un désir de copulation primitif,sans émotions,c'est à dire ce que
j'appelle le "désir d'insertion,de pénétration",désir absent chez les
femmes,bien sûr,pour leur plus grande paix intérieure. Ce désir
primitif,grossier,venu du fin fond des âges c'est le désir de l'animal
brut,sans modulation affective via le système limbique et la mémorisation
corticale. C'est ce qui pousse les hommes à désirer pénétrer n'importe
quoi,du bananier au Brésil à la poule ou la chèvre même: bref,tout ce qui se
présente. L'instinct d'insertion on le trouve même chez la coccinnelle jolie
qui n'a quasiment pas de cerveau! C'est pour dire comme c'est quelque chose
de grossier. On retrouve,d'ailleurs,ce désir d'insertion,mais à travers une
symbolique langagière,dans les jeux des hommes,du football à la guerre.Chez
certains(les plus primitfs!)ce désir est lié à une agression,un peu comme
dans le cas de l'orang-outan qui poursuit et viole,sans autre forme de
procès,les "orang-outanes". Voici quelques exemples de symbolique verbale:"on
va les défoncer","je vais lui défoncer le","enfoncez-les","il faut les
écraser",etc. Mieux,si je puis dire,par euphémisme:il suffit d'examiner
quelques films pornographiques pour découvrir quelques comportements
extrêmements primitifs des hommes:désir de pénétration,désir de
soumettre,désir d'écraser,de dominer,d'humilier,d'esclavagiser,voir de faire
souffrir. La conscience baclofénisée se caractérise par un extrême plaisir à
la copulation,à la jouissance d'être le mâle. La femme paraît être devenue un
gâteau que l'on mange psychologiquement par la pénétration rhytmique.Le
pénis,lui-même,se voit investi de capacités plus intenses que d'accoutumé,se
reprenant vite d'une fatigue temporaire pour recommencer à "jouer du
serrecropierre" (jouer à serrecroupe?) comme disait Rabelais. La jouissance
de la pénétration rhytmique est très forte dans la conscience
baclofénisée:chaque mouvement(par exemple l'oscillation d'une fesse,des
fesses,d'un sein,des seins)provoque chez le mâle un grand plaisir
d'imagination. Han,han...la femme,"soumise",paraît un objet personnel de
plaisir:ses fesses,ses jambes,ses pieds,ses cheveux,sa tête,son corps,ses
soupirs,tout paraît nous appartenir! La conscience baclofénisée c'est la
jouissance du Roi Monarque Absolu sur la femelle,femelle absolue.Je suis le
Soleil Rê,Pharaon,Ramsès triomphant des...fesses soumises à mon joug (c'est
le côté mâle,nous devrions aussi discuter le point de vue de renard rusé de
la femme intelligente qui sait,fort bien,utiliser à son profit cet instinct
de domination/soumission de l'homme...) Chaque éjaculation paraît comme un
triomphe du tout puissant Pharaon que je me sens,momentanément,être..Et
han,han,han: Mille fesses imaginaires,en face de moi,s'étendent et je les
domine toutes de mon chemt royal...illusion. Sous baclofène,encore,les choses
paraissent chaudes,les couleurs douces,le monde opallin:les formes féminines
s'associent,dans l'imaginaire,avec la nourriture:crême au
chocolat,crême,flanc au caramel,etc. La pénétration fait,on ne sait
pourquoi,penser à l'absorption d'un flanc à la crême,d'un chocolat à la
crême,etc.Sans doute cela dépend t'il de l'Imaginaire de tout un chacun,je
suppose. C'est comme si la femme est devenue un chocolat,un bonbon,et l'homme
le mangeur du chocolat,le mangeur du bonbon: le Maître des Fesses... La femme
est devenue faite pour se mettre en lordose,les fesses bien arquées,en
position de soumission:je suis devenu "le" Mâle" dans toute sa splendeur,le
Dieu Rê,celui qui contrôle et insémine toutes les femelles en attente,les
fesses levées au ciel. Je m'imagine en multiples,Pharaon de toutes mes
esclaves offertes à moi pour mon seul et bon plaisir parfaitement égoïste. Je
suis le Dieu de l'Egypte,Amon-Ré celui qui donne vie et à qui toutes choses
obéissent...et tra,là là (professeur Tournesol!) !!! Voilà donc,ô
lecteur,quelques illusions de la conscience baclofénisée...Elles sont fort
sont intéressantes car elles permettent de bien comprendre la psychologie
DANGEREUSE du mâle. Mais...c'est bôôôôn quand même,comme disait Hamadi!!!

La Conscience Yohimbinique:Induction du Désir charnel

La yohimbine est une molécule ancienne extraite d'une plante africaine. La
yohimbine est ce que l'on nomme une molécule antagoniste des récepteurs
alpha- 2-noradrénergiques. Apparemment,ces récepteurs ont quelque chose à
voir avec le DESIR et la motivation sexuelle car leur stimulation
entraîne,après un temps de latence d'au moins quelques jours,l'apparition
subite,brusque(comme au moment de l'adolescence)du désir sexuel chez le mâle.
La yohimbine serait efficace chez la femme et chez l'homme.Par contre,elle
n'agirait que chez un petit pourcentage de personnes. La yohimbine
déclenche,cependant,si prise 1 heure avant une relation,un accroissement du
plaisir sexuel très sensible au niveau des génitoires. Par contre,prise au
long cours,elle induit l'apparition du désir sexuel mâle dans toute sa
simplicité primitive. Ainsi,j'étais bien tranquille,dans un bus,à
Bângkène(Bângkoc)jusqu'au moment où mon attention se porta sur les fesses
magnifquement proéminentes d'une Tailleterroise(Siamoise)située juste en face
de moi. Et ce fut un choc,comme le premier choc sexuel qu'éprouve
l'adolescent mâle à la vision d'une femme dont il ne percevait
pas,auparavant,l'attrait à ce niveau.Tout à coup je ressentis un désir
violent de pénétration(désir si typiquement mâle!)et mon bracquemard fit une
érection du diable pendant 2 heures.J'avais peine à me contenir et j'eusse pu
"sauter" sur n'importe quelle femme consentante tant le désir était intense..
Dans cet état,la conscience est envahie par le désir et les objets sexuels du
désir(par exemple,ici,les fesses)deviennent la proie d'une intense
fantasmagorie! Le désir,sous yohimbine,n'a rien d'artificiel et représente un
désir tout à fait naturel si on en analyse la sensation et
l'impact,contrairement au baclofène qui transforme les femmes en chocolats ou
en bonbons à manger goulûment,ou bien en esclaves arquées du Pharaon. De
plus,sous yohimbine,une fois l'acte passé,on retrouve sa conscience usuelle
préoccupée par d'autres choses que par la copulation,ce qui n'est pas le cas
de la conscience baclofénisée où l'on est insatiable,jamais rassasié. Il est
intéressant de noter que la yohimbine est utilisée,parfois,comme adjuvant des
médications anti-dépressives et que les agonistes
alpha-2-noradrénergiques,comme la clonidine(anti- hypertenseur)peuvent,eux,au
contraire induire des dépressions et des idées suicidaires. La noradrénaline
paraît donc être importante dans l'Action et les motivations,sexuelles ou
autres. Je pense que,contrairement à la légende,l'effet aphrodisiaque de la
yohimbine est purement un effet central.

Conscience Captoprilique ou l'anti-désir

Le captopril c'est l'anti-désir (parfois irréversible),l'anti-motivation.
C'est la molécule de l'indifférence,du "je m'enfoutisme" du "ça m'est
égal".Qu'est-ce donc que ce captopril bizarre? Eh bien c'est un
anti-hypertenseur qui a la propriété d'émousser les sentiments et les
désirs,voir de rendre impotent ad infinitum.Le captopril est ce que l'on
nomme un "Thymoanesthésiant" car il anesthésie l'humeur,sans doute par
réduction du métabolisme des régions du système limbique impliquées dans les
émotions. La conscience captoprilique est indifférente à la stimulation
sexuelle:on peut voir autant de photos ou de films de femmes nues que l'on
veut,cela n'évoque plus aucune résonnance...Les autres hommes
paraissent,alors,bien agités par toutes ces histoires de sexe!!! Pharaon est
parti se coucher. Il est devenu vieux et,les femmes fesselues,fesseuses,et
fessellantes, ne le stimulent plus. Pauvre Pharaon,mais Tranquille
Pharaon,mordious.

Variations de la Conscience sous progestérone,acétate de cyprotérone,etc

Pour connaître l'autre ce n'est pas le discours qui est réellement important
mais le "partage" d'une biochimie cérébrale homologue. Que fait la culture
sinon agir sur ce qui en est le substrat moléculaire:la neurobiochimie. Si
des gens d'une culture donnée se "comprennent" c'est parce qu'ils partagent
des homologies de biochimie cérébrale. En tant qu'homme,je ne pourrai mieux
comprendre la conscience féminine,par exemple,que si je
modifie,temporairement au moins,ma biochimie centrale vers une biochimie plus
féminine. Je conseille,vivement,à tous les hommes de faire cette
expérimentation qui leur ouvrira d'autres chemins de pensée. être une femme
ou un homme équivaut à être tous deux intoxiqués,chroniquement,par des
molécules différentes dont le résultat en est une perception différente de
l'endo ou exoréalité. L'homme,par exemple,ne peut intellectuellement
"comprendre" qu'une femme puisse avoir un désir sexuel contraire au
sien,c'est à dire le désir de se faire pénétrer au lieu de pénétrer.Eh
bien,Messieurs les hommes,je vous recommande l'expérimentation de la
progestérone. Vous serez étonné.Dès une semaine d'expérimentation je
notai,tout à coup,l'apparition étonnante de ce désir si contraire à la
"mâlitude".Quelle découverte incroyable:eh oui,on pouvait désirer la
pénétration au lieu de pénétrer et quelle jouissance d'imagination nouvelle
de se sentir femme un instant! Ce genre d'expérimentation vous permet de
beaucoup mieux comprendre l'autre car il vous en reste,ensuite,le souvenir
mémorisé L'acétate de cyprotérone,à raison de quelques mg par jour,induit
aussi des variations de conscience mais différentes de celles de la
progestérone. La première chose que l'on constate c'est,fait remarquable,une
variation dans la perception des couleurs et de l'espace!!! Les couleurs
paraissent plus chaudes,l'espace plus tridimensionnel,empreint de quiétude.
On constate(chez moi du moins!)l'apparition d'une sensation inconnue et
étrange dans la poitrine en concomittance avec une sensibilisation érogène de
cette zone. Tout à coup la poitrine,qui ne nous procurait aucun
plaisir,devient jouissive,très jouissive.,les capacités érectives diminuent
en concomittance avec une INTENSIFICATION du sentiment amoureux,contrairement
au baclofène qui,lui,stimule les capacités érectives tout en diminuant très
fortement le sentiment amoureux. L'orgasme devient plus difficile à
atteindre,vus les effets délétères de cette molécule sur les capacités
érectives mais l'orgasme en devient,paradoxalement,intensifié dans un grand
"élan amoureux" très féminin,je suppose. Ces hormones ont donc le pouvoir de
modifier la perception de la réalité,véritables psychotropes "hallucinogènes"
endogènes,et de modifier la grandeur ou la sensibilité des zones érogènes.
Celui qui a connu,tout à coup,le plaisir d'avoir un sein eh bien il ne
voudrait plus jamais le perdre! Sans compter cette délocalisation du plaisir
érogène constaté avec ces molécules. Alors que la conscience de l'homme sexué
se concentre toute entière au niveau d'une petite portion de son anatomie(les
génitoires!)la conscience féminine semble être beaucoup plus vaste,beaucoup
plus potentiellement extatique car tout le corps devient érogène. Faisant ces
expériences je pensais à ces "pauvres" femmes qui ne connaissaient pas notre
mâlitude...mais c'est plutôt nous,pauvres hommes aveugles et
insensibles,frigidifiés sur la plus grande partie du corps excepté les
bourses et le pénis que je plains!!! En réalité,l'expérimentation nous fait
découvrir que,sur beaucoup de points,la conscience féminine est LARGEMENT
supérieure à la conscience des mâles:perception de l'endo et exoréalité
modifiée,sensibilité érogène délocalisée,capacité au plaisir plus
intense,plus durable,émotions intellectuelles intensifiées,etc. Décidément?
Les hommes sont des estropiés du plaisir! Ce que les hommes,eux,désireraient
c'est que l'on inventât une molécule du rut (pas impossible!) qui donnât aux
femmes exactement le comportement qui les excite: lordoses profondes,cris
plaintifs et soupirs,poses soumissives,fesses en l'air. Agréable,oui,mais si
primitif!!! On pourrait certainement créer une molécule du rut en
prenant,comme exemple expérimental,le rut chez la chatte.Je parlerai de cela
une autre fois,sujet très passionant.

La Conscience "mdmaïsée"

La M.D.M.A est un sociabilisant,comme le Gamma-OH mais plus complexe. Ce
n'est pas un sociabilisant pur mais un sociabilisant "mixte" à activité pro
et anti-sérotoninergique simultanément.Contrairement au Gamma-OH la MDMA
induit,en plus d'une sensibilité intensifée à la sexualité un "plaisir
scrotal" très caractéristique. Elle induit,aussi,une grande passion
amoureuse,en tous points semblable à icelle du Gamma-OH, à la différence que
s'ajoute un vécu cogitatiogène,très vaste,nous enfonçant dans la profondeur
de l'Imaginaire.

Résumé de quelques molécules agissant sur la sexualité

Le Gamma-OH: Molécule stimulant l' imaginaire et l'affectivité sociable de la
sexualité.
La MDMA: idem.

Le Baclofène:Molécule aphrodisiaque stimulant le désir et les capacités
copulatoires chez l'homme.

La Psilocine: Molécule orgasmogène chez certains.

La Yohimbine: Molécule stimulant le Désir.

Le Captopril: Molécule inhibant le Désir.

Opiacés: Molécules asociabilisantes inhibant le Désir général.

Quelques définitions:

Aphrodisiaque : Molécule stimulant,spécifiquement,le désir et la motivation
sensuelle.

Anaphrodisiaque:  Molecule induisant l'indifférence sexuelle.

Vers l'androgynie perdue?

Les Grecs disaient,qu'à l'origine,les hommes étaient androgynes et
connaissaient donc le parfait bonheur car ils étaient un monde en eux-mêmes.
L'expérience des variations de conscience sexuelle me fait penser que ce
mythe contient une grande part de vérité. Si nous étions androgynes,mais non
pas hermaphrodites,l'humanité en serait radicalement transformée
et,surtout,nous aurions cette sensation de plénitude constante que l'on peut
ressentir dans la conscience psilocinique,ce me semble? Je peux imaginer le
plaisir qu'il y aurait d'être,à la fois,homme et femme...splendide.

Claude Rifat (an de grâce 1997...)

-----------== Posted via Deja News, The Discussion Network ==----------
http://www.dejanews.com/       Search, Read, Discuss, or Start Your Own    



More information about the Neur-sci mailing list